Accueil > Actualités > Quand allons-nous avoir des services à des conditions raisonnables
Quand allons-nous avoir des services à des conditions raisonnables

Quand allons-nous avoir des services à des conditions raisonnables

Les récents scandales associés aux grandes entreprises technologiques comme Facebook ou Google commencent à transformer une question apparemment simple en une question tout à fait obligatoire : pourquoi semble-t-il pratiquement impossible de contracter un service avec une entreprise soumise à des conditions de service raisonnables en matière de vie privée ? seules des plateformes comme Apple peuvent-elles envisager de limiter ou contrôler certaines pratiques ?

Essayez de vous plonger dans les termes et conditions de pratiquement n’importe quel service que vous avez contracté : oui, ce que personne ne fait et qui, en fait, constitue le plus grand mensonge sur Internet, dès que vous cochez la case « J’ai lu et compris les termes du service ». Dans presque tous les cas, vous constaterez que l’entreprise se réserve le droit d’utiliser les données générées par votre activité à des fins dont vous ne pouvez pas comprendre la portée, en utilisant un langage légalement ouvert qui peut étendre cette utilisation à pratiquement tout. De toute évidence, les entreprises sont largement conscientes que les données de leurs utilisateurs sont potentiellement un trésor qui peut éventuellement être exploité pour beaucoup de choses. Mais quand même… toutes les entreprises vendent-elles réellement ces données ou les utilisent-elles à des fins sinistres ou auxquelles nous ne donnerions pas notre consentement dans des conditions normales, si elles n’étaient pas cachées dans la formulation complexe des termes de service écrits non pas en espagnol ou en anglais, mais en « legalés » ?

Dans la pratique, de nombreuses entreprises se contentent d’inclure de telles clauses à titre préventif, au cas où, à un moment donné, il leur viendrait à l’esprit d’effectuer une certaine action de marketing ou qu’elles découvrent une utilisation potentielle de ces données qui semble raisonnablement sûre, leur permettrait d’exonérer leur responsabilité et pourrait générer certains bénéfices. Cela signifie que les chances que nous ayons de trouver des services pour lesquels ces conditions de service sont vraiment claires et explicites sont minimes.

De quelles données s’agit-il ? Le meilleur article que j’ai lu récemment sur le sujet est divisé en trois couches : celles que vous partagez explicitement directement avec le service, comme votre numéro de téléphone, votre date de naissance ou les lieux que vous avez visités ; celles qui peuvent être déduites de votre comportement lorsque vous utilisez le service, comme les habitudes d’utilisation des applications, les actions prises sur le service ou les données transmises ; et celles que les algorithmes peuvent déduire, comme les membres de votre famille, si vous avez perdu un être cher ou que vous cherchez un emploi.

Pourquoi devrions-nous penser, au XXIe siècle, que tout service que nous engageons, pratiquement de quelque nature que ce soit, est destiné à exploiter toutes les données que nous fournissons ou générons pour les exploiter de manière généralement non transparente et réaliser des profits supplémentaires ? Ne devrions-nous pas avoir un certain contrôle sur nos données et même être indemnisés pour toute utilisation raisonnable qu’on pourrait vouloir en faire ? est-ce vraiment tellement demander ? ne serait-il pas intéressant de mettre sur pied des services simples, clairs et directs, sans penser constamment à ce que ces personnes font avec vos données ou à qui elles ont vendu

C’est précisément ce qui peut commencer à générer une source possible d’avantage concurrentiel : l’approche des services avec des termes et conditions clairs en matière de vie privée ; un service ne serait-il pas attrayant pour vous s’il vous offrait une ligne en majuscules et en gras dans ses termes et conditions qui dit quelque chose comme « LES DONNÉES COMMUNIQUÉES À LA SOCIÉTÉ OU GÉNÉRÉES PAR L’ACTIVITÉ DE L’UTILISATEUR NE SERONT JAMAIS ET EN AUCUN CAS COMMERCIALISÉES À DES TIERS »

Quel est le problème d’une telle clause, rédigée en termes parfaitement clairs et exhaustifs, qui empêcherait une certaine forme d’utilisation raisonnable, telle que l’utilisation par l’entreprise, par exemple, d’outils d’un tiers, comme Google Analytics ou autre, pour surveiller l’activité sur son site Web, ne devrait-on pas commencer à voir des approches aussi claires et exhaustives dans des services qui cherchent à concurrencer nombre de ceux que nous utilisons actuellement ? Ne devrions-nous pas commencer à éduquer les utilisateurs pour qu’ils le fassent et ne devrions-nous pas commencer à penser à profiter des services à des conditions raisonnables ? combien une entreprise peut-elle perdre en écrivant de telles conditions et combien peut-elle gagner en attractivité en le faisant ?